ReSIC – 16 juin 2017 de 9h à 12h, salle DC2.223

Dans le Centre de recherche ReSIC, nous sommes nombreux à utiliser, de manière plus ou moins centrale, l’entretien de recherche comme méthode de terrain pour étudier les réalités auxquelles nos études sont consacrées. Une discussion entre plusieurs doctorants montre que nous utilisons cette méthode de manière largement intuitive tout au long du processus, de l’élaboration du guide d’entretien à l’analyse des données recueillies.

Sans remettre fondamentalement en cause l’usage de l’intuition dans ce processus de recherche, nous sommes pleinement conscients de l’existence d’outils conceptuels, théoriques, méthodologiques tout en reconnaissant nos lacunes dans ce domaine. Le lancement, au sein du centre, de demi-journées d’étude nous a paru une occasion de nous attaquer à l’appréhension de quelques-uns de ces outils, afin de lancer une réflexion plus globale sur l’analyse des entretiens parmi les membres de ReSIC.

Afin de restreindre le champ de la réflexion, mais aussi parce que nombre d’entre nous ont déjà réalisé une partie de leurs entretiens, nous avons décidé de nous concentrer ici sur la phase d’analyse d’entretiens déjà réalisés. Nous avons envisagé quatre axes de réflexion. Pour chacun d’entre eux, il s’agit de se pencher sur les éléments qui permettraient de guider l’analyse des données qualitatives recueillies au moyen d’entretiens. Nous aimerions évoquer des pistes qui permettraient de favoriser l’émergence de résultats solides dépassant les analyses intuitives et qui peuvent faciliter la tâche du chercheur se retrouvant face à des heures d’enregistrement. La demi-journée d’étude s’articulera autour de quatre présentations, suivies d’un débat ouvert au partage d’expériences :

1) Analyse thématique et analyse par catégories conceptualisantes. Antoine Jacquet.
Face à une quantité de retranscriptions d’entretiens, le chercheur peut procéder à une “réduction” (Paillé & Mucchielli 2016 : 235) nécessaire de ses données en dégageant des thèmes qui en permettent la synthèse. Quelles sont les pistes pour établir des thèmes pertinents ? Une autre piste consiste en l’analyse au moyen de catégories conceptualisantes : il s’agit de rapprocher dans une même étape l’annotation du corpus et la théorisation qui en découlera (Paillé & Mucchielli 2016 : 319). Comment mettre en oeuvre une telle catégorisation ? Comment cette méthode peut nous aider dans l’analyse de nos entretiens ?

2) Comment un cadre théorique peut-il influencer l’analyse et livrer des pistes de réflexion ?  Florian Tixier.
“Le paradigme interprétatif”, la démarche d’investigation en sociologie et la méthode inductive dans la co-construction d’un objet d’étude et l’analyse des entretiens.
L’apport de l’Ecole de Chicago et des interactionnistes symboliques (Chapoulie, 2001 ; Coulon, 1992 ; Pessin, 2004 ; Woods, 1992) et notamment à travers les “ficelles du métier” (2002) livrées par Howard S. Becker pour réussir une recherche en sociologie.

3) Comment analyser des entretiens biographiques ? Amandine Van Neste.
Le récit est une description qui n’a pas uniquement un caractère informationnel. En effet, le « contrat de communication passé avec l’auditoire implique clairement que son auteur a fait des choix subjectifs, a trié les faits sans souci d’exhaustivité, a mélangé sa perception et son imagination et entend à travers lui communiquer une émotion » (Breton & Proulx 2012 : 63). Par conséquent, comment utiliser ces paroles rapportées dès lors qu’elles « ne constituent pas des questionnaires déguisés mais de  “vrais” dialogues centrés sur la personne rencontrée ? » (Demazière & Dubar 1997 : 5). Quel statut accorder à la parole des gens ? Demazière & Dubar proposent une méthode de traitement des entretiens biographiques issue de l’analyse structurale du récit qui pourra – nous l’espérons – apporter des pistes intéressantes en matière d’analyse des entretiens qu’ils soient biographiques ou non.

4) Analyse des entretiens au moyen de logiciels informatiques. David Domingo.
Quels sont les avantages et les limites de ces logiciels (TAMS, NVivo, AtlasTI…) ? Étapes et bonnes pratiques en l’utilisation du traitement informatique du corpus pour l’analyse qualitative d’entretiens.